La fragilité

Extraits

Marie Balmary citant avec une pointe d'humour Michel Audiard : "Bienheureux les fêlés car ils laisseront passer la lumière !"


À l’invitation à être toujours plus attentif –individuellement et dans les structures –aux personnes fragiles s’ajoute une forte parole d’espoir. Bien acceptée et accompagnée, l’expérience de la fragilité peut être féconde grâce à la libération de ressources nouvelles dans une personne et la révélation de sa véritable identité, avec ses richesses et ses limites. Dans ce sens, la fragilité peut jouer un rôle privilégié dans notre humanisation en profondeur. Enfin, et ce n’est pas le moins important, il a été souligné à quel point les personnes fragiles ou fragilisées, ainsi que celles qui souffrent d’un handicap, peuvent nous révéler à nous-mêmes, les « moins fragiles », à cause de leur expérience quotidienne et de leur maturité humaine.

D’une part, elles nous interpellent par la façon dont certaines sont parvenues à garder un certain équilibre de vie, parfois grâce à d’extraordinaires efforts de créativité et d’adaptation. D’autre part, en nous sollicitant dans notre propre vulnérabilité, elles nous invitent à oser nous exposer, à nous laisser rejoindre et poser des gestes concrets de proximité et de partage. Elles nous suscitent dans notre capacité à donner gratuitement et à lâcher prise.

Souvent, nous n’y arrivons pas sans un travail sur nous-mêmes, afin d’apprivoiser nos peurs face à la différence ou à la fragilité des autres. Alors, l’impression de maîtrise complète que nous pourrions donner à voir habituellement se révèle plus précaire que nous ne le pensions et des failles apparaissent qui peuvent générer davantage de vie.


Le manque, l’incomplétude, le fait de ne pas tout savoir, de ne pas tout contrôler ; loin d’être d’abord un frein ou un handicap sont alors… une bonne nouvelle pour la relation… Comme l’ont écrit quelques-unes des personnes les plus engagées dans la préparation du colloque, sa naissance et son déploiement ont été vécus d’emblée comme le fruit de la fécondité de nos diverses fragilités rassemblées : « Et si c’était vrai ? Il faudrait tenter de dire ce qui a animé cette toute petite équipe de départ qui, au fil des jours, dès février 2008, s’est constituée au gré des affinités pour faire vivre une idée devenue projet : rassembler un public pour penser ensemble la fragilité comme une richesse. Si c’était vrai qu’à partir de presque rien… Difficile de croire qu’on peut démarrer un projet ambitieux à partir de rien, ou de pas grand-chose. Il n’y avait qu’une conviction : notre humanité est pétrie de fragilité, elle s’en emplit chaque jour un peu plus. Notre société est ébranlée, chaque jour un peu plus. Alors comment continuer à vivre en tournant le dos à nos failles ? Pourquoi ne pas les regarder de près, les observer, les détailler et nous apercevoir au fil des jours que de cette fragilité naît notre existence ? Comme de la fissure du rocher jaillit la petite pousse. Comme de la minceur de la coquille de l’œuf peut éclore le poussin. Nous étions quelques-uns sur la ligne de départ d’un colloque en projet, avec nos quelques compétences et un grand désir. Désir profond d’arrêter de nier notre identité vraie, notre douceur intérieure, nos effondrements et nos blessures alternant avec nos dons. Il devait être possible d’entendre un autre discours, de rassembler une foule sur un autre postulat, de nous réunir, nous tous qui voulons être pleinement hommes sans être des héros. Désir surtout qu’au bout de la route il y ait une rencontre. Nous avions rejoint le creux où attendaient les hommes d’aujourd’hui : cette lassitude de devoir toujours montrer un visage dur et hautain, cette impossibilité d’être soi-même et cette peur d’être découvert. “Fragilités interdites ? Plaidoyer pour un droit à la fragilité1”, tel était le titre retenu pour le colloque. Il suffisait de prononcer cet intitulé pour soulever l’intérêt, l’adhésion, l’enthousiasme. Plaidoyer pour un droit à la fragilité ? Malgré la provocation de la formule, ils étaient des centaines à vouloir l’entendre, à être prêts à se déplacer, à espérer. Ils ont bravé la tempête déchaînée le jour du colloque, ils venaient pour faire plus qu’écouter une conférence. Entre eux, nous sentions une connivence, une compréhension. Presque une amitié. À la suite de l’intuition de Jean Vanier, ce sont eux qui ont esquissé les mots qui sont nés ce jour-là : oui, la fragilité peut être source de vie.


Fragile comme un élève qui ne comprend rien… mais par sa présence amène le professeur à imaginer d’autres pédagogies.


Fragile comme un médecin devant la mort… rêvant un hôpital plus humain.


Fragile comme un chômeur en fin de droits… qui par son cri réveille une société assoupie dans son opulence.


Fragile comme une société qui ne propose plus d’idéal… et invente de nouvelles fraternités.


Fragile comme une famille décomposée… et qui reconstruit d’autres liens.


Fragile comme un homme se découvrant malade un matin… qui appelle sa famille à plus d’amour et d’attention.


Fragile comme un jeune défiant la mort pour éprouver la vie… et qui découvre la beauté de l’existence.


Fragile comme le parent une fois l’enfant parti… puis qui se trouve d’autres fécondités.


Fragile comme une terre sans eau… qui nous invite à prendre soin d’elle.


Fragile comme le vieillard délaissé… vieillards que nous serons demain.


Fragile comme toi, fragile comme moi… Et si c’était vrai ?


Si elle était fondée, cette espérance que de nos blessures s’inventent nos renaissances, que de la crise d’aujourd’hui peut émerger un monde plus humain, que chacune de nos failles nous convie à un plus d’être ?


Plus de créativité, plus de solidarité, plus de lien, plus d’échanges.


Et si c’était vraiment vrai, comme disent les enfants, qu’être fragiles nous rend plus vivants ? »


Bernard Ugeux directeur de l’ISTR, coorganisateur du colloque « Fragilités interdites » avec Erik Pillet. Pour plus de détails sur le déroulement du colloque « Fragilités interdites » et pour consulter des textes supplémentaires, nous renvoyons au site, créé à l’occasion, et qui a permis de nombreux échanges, témoignages, entre les participants : www.fragilites-interdites.

Copyright @ Tout droits réservés