Pères de l'Eglise d'Occident

Ambroise de Milan

né à Trèves, en 339


Dès le début de son épiscopat, Ambroise manifesta sa sollicitude pour les "épouses du Christ". Il a consacré plusieurs ouvrages à la virginité ; il considérait d'ailleurs que c'est un rôle de l'évêque.

Nous entendons en ce 21 janvier un extrait du De virginibus (I,5.7-9) prononcé le 21 janvier 376 en la fête de sainte Agnès.

En ce 12 février, nous écoutons un extrait de la lettre à Orontianus Epis., 35,4-6.13

Orontianus est l'un des deux correspondants d'Ambroise qui reçurent le plus de lettres. Il a été ordonné prêtre par Ambroise. Le jeune prêtre posait des questions sur l'Ecriture et Ambroise lui répondait. Dans l'extrait de lettre ici proposé, Ambroise répond à des questions sur Rm 8.

Ce 20 février, il nous est donné d'entendre une homélie d'Ambroise sur le psaume 36. 

En ce samedi de la deuxième semaine de carême, nous écoutons des extraits d'une homélie sur la fuite du siècle écrit en 389-390. Il s'adresse aux néophytes pour les encourager à vivre dans la renonciation faite lors du baptême. Il les exhorte à fuir le péché, ce qui n'est pas possible sans un détachement affectif complet à l'égard des biens du monde. En effet, même s'il met les fidèles en garde contre la possession des richesses, il insiste plus sur l'attitude intérieure que sur le détachement effectif des biens matériels. C'est avec le coeur que l'on fuit le siècle.

Clément de Rome

Il est le 3ème successeur de Pierre, à la tête de l'Eglise de Rome, après Lin et Clet. Il est mort en 101. Une seule lettre a été conservée, écrite en grec. Elle est adressée à l'Eglise de Corinthe au nom de "l'Eglise de Dieu qui est à Rome". Cette expression souligne la communion qui existait entre les diverses Eglises. C'est ce que nous découvrons en ce 13 janvier.


En ce 18 janvier, est lu un extrait de sa lettre aux Corinthiens 30, 3-4 : Ressonblons à Dieu en faisant ce qui est bien. Ici Clément porte son attention sur la bénédiction que Dieu accorde à ceux qui mettent leur foi en lui.

Ce 26 février, mercredi des cendres, Clément, dans sa lettre aux Corinthiens insiste sur l'urgence de la conversion

Irénée de Lyon

né à Smyrne vers 135 mort en 200



Ce 15 janvier nous écoutons le livre IV de l'Asversus Haereses : l'unité des deux Testaments. Dans ce livre IV Irénée montre d'abord l'unité du Dieu Père et Créateur : c'est lui qui s'est manifesté aux patriarches et aux prophètes. L'extrait d'aujourd'hui nous dit la manifestation du Fils est la connaissance du Père. Le Fils joue un rôle exclusif comme révélateur du Père.


Ce 4 février, nous écoutons Irénée dans l'Adversus Haereses, III, 19,1-3;20,1.

Deux affirmations fondamentales servent de trame au livre III : un seul Dieu, Père et Créateur, puis un seul Jésus Christ, réellement Dieu et réellement homme. C'est de cette deuxième section qu'est extraite la lecture.

L'extrait nous dit que seul le Fils de Dieu pouvait nous rendre libres, car seul il pouvait vaincre la corruption et la mort et nous conférer l'adoption filiale. Il était Fils de Dieu, il est devenu fils d'homme par sa naissance de Marie. N'étant pas pas seulement un homme, il pouvait donc nous sauver. C'est un don purement gratuit de Dieu, qu'il était impossible à l'homme seulement d'imaginer.

Ce 29 février, samedi après les Cendres, Irénée traite de l'amitié de Dieu. En Jn 15, 15 Jésus traite de l'amitié de Dieu qui unit les deux testament : Je ne vous appelle plus serviteurs mais amis 

La vocation de l'homme est le salut ; la récompense promise, la participation à la lumière. Mais il faut du temps pour qu'il s'habitue à porter la gloire de Dieu tellement au-dessus de sa nature (Jn 15, 16.17,24)

En ce mercredi de la deuxième semaine de carême, nous écoutons un extrait d'Irénée contre les Hérésies au chapitre XIV

En ce vendredi de la deuxième semaine de carême, nous écoutons un extrait d'Irénée contre les hérésies : le testament du Seigneur

Cyprien de Carthage

né en Afrique - très probablement à Carthage - vers 200/210, dans une famille païenne aisée et cultivée. Il se convertit en 246. En ce mardi de la première semaine de carême, nous écoutons la première partie de son traité sur la prière du Seigneur écrit duran la période de son exil

Hilaire de Poitiers

Né probablement à Poitier au début du IVème siècle. Il a été baptisé à l'âge adulte et élu évêque de Poitiers vers 350.

En ce jeudi de la deuxième semaine de carême, nous lisons son commentaire du psaume 127, 1-3.

Pour comprendre ce qu'est la crainte du Seigneur, il faut demander la Sagesse, appelet et rechercher l'intelligence. (Pr 2, 5)