Pères de l'Eglise d'Orient

Athanase d'Alexandrie

né vers 300 à Alexandrie


En ce 1er janvier lettre à Epictète

Epictète, évêque de Corinthe, demande des éclaircissements doctrinaux à Athanase, et lui envoie un manifeste où il a rassemblé en huit points de christologie peu orthodoxes. Athanase lui répond dans une lettre, écrite en 371, qui resta célèbre et fut souvent citée dans les controverses christologiques par la suite. Le passage cité dans la Liturgie des Heures répond à six des huit propositions.

En ce 16 janvier, un extrait du traité contre les païens. Athanase y défend le monothéisme en l'opposant à l'idolâtrie et au polythéisme. L'homme peut accéder à la connaissance de Dieu, car l'âme humaine est apparentée à Dieu par son immortalité.

En ce 17 janvier, nous faisons mémoire de saint Antoine.

En 313, les persécutions prennent fin. Le christianisme doit veiller, tout en transformant le monde païen, à ne pas se laisser contaminer par lui. Comment rester authentiquement chrétien ? le monachisme est une réponse à ve problème. Aussi le IVe siècle est-il domné par la multitude des moines.

Une littérature de propagande apparaît pour faire connaître la vie monastique et susciter des vocations, et pour faire connaître aux moines l'idéal qui doit être le leur. L'écrit le plus célèbre est la Vie de saint Antoine, écrite par Athanase en 357.

Ce 18 février, anniversaire de maman, l'Eglise nous donne à entendre un second discours contre les paiens

En ce vendredi de la quatrième semaine de carême, nous écoutons une lettre festale ou pascale.

Athanase écrit des lettres festales entre 328 et 373. Depuis le troisième siècle, en effet, aussitôt après la fête de l'Epiphanie, l'évêque d'Alexandrie envoyait aus fidèles une lettre officielle. Ce genre de lettre était né du besoin de calculer la date de Pâques indépendamment de la Pâque juive, soit le dimanche après la première lune de printemps. Comme les astronomes d'Alexandrie étaient réputés dans tout l'empire, la tâche leur était confiée.  L'évêque d'Alexandrie faisait alors part de la date à tous les évêques de son patriarcat - plus tard aussi à Rome. On y annonçait la date de la fête de Pâques, l'ouverture et la fin du jeûne de carême, et le patriarche profitait de l'occasion pour ajouter une instruction pastorale et théologique.

Sur l'Incarnation du Verbe

En ce 2 mai, nous entendons un premier extrait (8-9) de cet ouvrage : nous découvrons que l'incarnation est rédemprice. Le Verbe est le Fils même de Dieu, incorruptiblr puisque Dieu; uni à tous les hommes par son corps semblable au leur, il est venu apporter aux hommes l'incorruptibilité et l'immortalité : deuc biens contenus dans la résurrection promise. La corruption n'a plus aucun pouvoir sur les hommes, dit Arhanase, "à cause du Verbe logé en eux par le moyen de son corps individuel".

Grégoire de Nazianze

né vers 326 à Nazianze


En ce 2 janvier Homélie pour la mort de Saint Basile

Le discours 43 est le plus long de tous. A l'oraison funèbre sur Basile, Grégoire a rajouté par la suite des éléments qui concernent leur amitié qui a duré trente ans. Il laisse transparaître la nostalgie des années heureuses qu'ils ont vécues ensemble à Athènes

En ce 12 janvier, fête du baptême du Seigneur, nous entendons le sermon de Saint Grégoire pour la fête des lumières

Le discours 39 a été célébrée le 6 janvier 381, lors de la vigile de la fête de l'Epiphanie, c'est-à-dire du baptême du Seigneur. Cette fête était la fête des "Saintes Lumières". Grégoire la célèbre indépendamment de la fête de la Nativité, contrairement aux coutumes habituelles de l'Orient : il tenait probablement cette double célébration de Constantinople. L'Epiphanie et Pâques étaient les deux principales fêtes de l'année liturgique.

"En descendant dans les eaux du jourdain, le Créateur s'immerge physiquement dans le créé; puis il ressort de l'eau en le ramenant avec lui, réalisant dans sa chair la résurgence du monde hors de l'eau : il le recrée. Le monde reçoit la grâce d'une création nouvelle et les cieux s'ouvrent, eux qui étaient restés fermés depuis l'exil d'Adam et d'Eve: en se soumettant au baptême, le Dieu-homme permet à l'homme de réintégrer sa patrie céleste. Il lui offre le salut. C'est l'aspect sotériologique, qui sera conclut par la Passion et la Résurection."

En ce lundi de la première semaine de carême, Grégoire nous partage un discours sur les pauvres.


En ce samedi de la troisième semaine de carême, nous écoutons une homélie sur les béatitudes ou sur l'amour des pauvres. La seule chose que le Seigneur désire c'est la miséricorde.

En ce samedi de la cinquième semaine de carême, nous entendons un deuxième extrait d'un discours "Pour la Sainte Pâque"

Basile le grand

né vers 329-330 à Césarée


En ce 14 janvier, Basile répond ici à la question suivante : Il est entendu qu'il faut aimer Dieu, mais comment faut-il l'aimer ?

En ce 29 janvier, Basile traite des bienfaits de Dieu.

En ce lundi de la troisième semaine de carême, nous écoutons une homélie sur l'humilité. Elle est une valeur chère sur laquelle il a consacré toute une homélie où il expose les motifs et les moyens de la pratiquer.  "La grandeur de l'homme, c'est reconnaître que toute grandeur lui est donné par Dieu lorsqu'il adhère au Christ par la

Ce lundi de la quatrième semaine du temps pascal, nous nous mettons à l'écoute d'un extrait d'un discours  Sur le Saint-Esprit 15, 35-36

foi à tel point qu'il cherche à lui devenir semblable en tout par sa passion, sa mort, avec l'espérance de la résurrection, donc de partager la gloire du Christ qui est la plus haute participation à la gloire de Dieu que l'homme puisse connaître ( Ph 3,10). C'est suivre le Christ sur le chemin de l'humilité.

Les pneumatomaques, hérétiques qui combattaient la divinité du Saint-Esprit, se scandalisaient d'entendre Vasile chanter la doxologie trinitaire. Acette occasion, Basile écrivit vers 375 le traitéSur le Saint-Esprit. Nous écoutons en ce mardi saint un deuxième extrait.

Ignace d'Antioche


Vers 110, sous Trajan, Ignace, évêque d'Antioche - deuxième successeur de Pierre -, est arrêté et envoyé sous bonne escorte à Rome, pour y subir le martyre.

Aujourd'hui 19 janvier, nous entendons un extrait de sa lettre aux Ephésiens 2,2 à 5, 2. Ignace appelle à l'unité autour de l'évêque.

En ce 20 janvier nous poursuivons l'écoute de la lettre aux Ephésiens où la concorde de la foi est fondamentale. Le chrétien, en effet, est uni au Christ par la foi et la charité.

Jean Chrysostome

né à Antioche de Syrie entre 344 et 354, reçu le baptême en 372.

A Antiocha, alors qu'il est prêtre Jean Rédige des homélies à l'éloge de Paul. Nous entendons en la fête de la conversionde saint Paul ce 25 janvier une première éloge.

En ce mardi de la cinquième semaine de carême, nous écoutons un extrait de ses catéchèses baptismales. La troisième catéchèse est la plus connue. Elle a été adressée aux néophites, le matin de Pâques en 388.

En ce 14 mai, fête de saint Matthias, Saint Jean nous livre un premier extrait de ses homélies sur les actes des Apôtres. Il en a rédigé 55 sur les actes des apôtres; à Antioche, autour de 390. La LH n'en reprend que trois. Ici c'est sur les Actes 3,1.2.3 On y reconnaît l'exégèse antiochienne, très littérale. Aucun mot de l'Ecriture n'a été prononcé par hasard; il est donc important de scruter tous les détails, car tous ont une signification qu'il faut découvrir.

Cyrille de Jérusalem

né en 315, probablement à Jérusalem. Il devint évêque en 348. Il fut exilé trois fois, soit pendant 16 ans sur 38 ans d'épiscopat. Il meurt probablement le 18 mars 387.


Ce 6 février, nous lisons une catéchèse baptismale (13, 1.3.6.23) sur le thème de la croix :  "a été crucifié et enseveli"


En ce lundi de la 7ème semaine de Pâques, nous écoutons la 16ème catéchèse baptismale : sur le saint-Esprit.  "L'Esprit ne se divise pas, mais seulement la grâce qui vient de lui."

Grégoire de Nysse

né à Césarée vers 335-340. Il est le jeune frère de Basile.


Ses homélies sur l'Ecclésiaste cherche à faire comprendre la vanité du monde à celui qui s'est séparé du péché, qui s'est élevé au-dessus de l'attrait des passions et qui est parvenu à l'apathéia.

Ce lundi 24 février nous entendons un premier extrait.

Les cinq premiers chapitres s'occupent de ceux qui fixent les yeux sur les choses vaines, et les trois derniers chapitres de ceux qui fixent leurs yeux sur le Christ. Le texte proposé par la Liturgie des Heures est donc un texte charnière.

La vie illuminative a d'abord pour but de détacher l'âme du monde des apparences en lui révélant leur caractère illusoire et irréel.

Ce mardi 25 février, nous entendons un second extrait.

Pour Grégoire, chaque instant de la vie est une préparation à la mort, et donc une entrée dans la vie.

Ce lundi de la cinquième semaine du Temps Pascal, Grégoire nous offre une homélie sur la résurrection du Christ 2,1.8

Ce 7ème dimanche de Pâques, nous écoutons la 15ème homélie sur le Cantique des cantiques. Grégoire est le plus grand théologien du Corps du Christ, dans l'Eglise orientale. Il aborde ce thème dans cette homélie.

Aphraate

vécut entre Ninive et Mossoul dans la première moitié du IVème siècle.

Aphraate n'a écrit qu'un seul livre : les  Démonstrations. C'est un traité qui a pour but de montrer l'excellence de la foi chrétienne. L'extrait entendu en ce mercredi de la première semaine de carême est un exposé sur la circoncision de la chair et du coeur.

Astère

Contemporain de Basile et des deux Grégoire, métropolite d'Amasée (Pont). Devint évêque entre 380 et 390.

En ce jeudi de la première semaine de carême, nous entendons une homélie Sur la conversion.


Double-cliquez ici pour ajouter votre propre texte.

Théophile d'Antioche

Païen converti, il est devenu évêque d'Antioche vers 169. On ne connaît pratiquement rien de sa vie, mais il est mort avant 190. Il est le dernier apologiste du IIème siècle.

En ce mercredi de la 3ème semaine de carême, nous écoutons une apologie destinée à son ami Autolycos et, à travers lui, à de nombreux lecteurs.Ses trois livres à Autolycos sont les seuls ouvrages que nous possédions de lui. La liturgie des Heures propose un passage du premier livre à Autolycos.

Autolycos, païen cultivé, n'avait pas accepté la conversion de son ami au christianisme. Autolycos avait arillé son ami chrétien, d'abord parce qu'il croit en un Dieu invisible, puis parce qu'il admet la résurrection des morts.

« Dieu, dit Autolycos, ne peut être connu que par les yeux de l’âme et seuls les cœurs purs sont capables de le trouver. La question n’est pas de savoir si on peut voir Dieu, mais de soigner les yeux qui ne voient pas et les oreilles sourdes. Théophile prête attention aux sens spirituels : c’est par eux que nous pouvons voir Dieu, non par nos sens corporels. Mais certains ont les yeux malades. Comment pourrait voir celui qui est aveugle ou qui a un voile sur les yeux ? Or ce sont les péchés qui voilent nos yeux. Si le mal qui est en nous ternit notre âme, nous ne pouvons plus voir Dieu. C’est en nous, en effet, que nous pouvons voir Dieu, mais pour cela, il faut que l’âme soit comme un miroir dans lequel Dieu puisse se refléter. Si le miroir est terni, nous ne pouvons plus voir Dieu. Nous ne pouvons cependant pas guérir nos yeux nousmêmes, nous devons être opérés par le médecin qu’est Dieu. Comment guérit-il ? Par le Verbe et la Sagesse (l’Esprit). Théophile cite à l’appui Psaumes 32,6 et Proverbes 3,19-20. Maintenant nous voyons Dieu par la foi, comme dans un miroir, à condition d’avoir une vie pure. Nous le verrons face à face lorsque nous lui serons semblables. Lorsque nous serons ressuscités, lorsque nous aurons une chair immortelle1, nous verrons le Dieu immortel. Le jour viendra où nous aurons de Dieu une connaissance achevée : après la mort, lorsqu’il nous sera donné de le contempler face à face. » 

« Théophile semble admettre que l’âme, par nature, est susceptible de mourir et qu’elle obtient l’immortalité comme une récompense de ses bonnes œuvres. Il dit en effet que Dieu ressuscitera le corps et l’âme. Mais il est possible qu’il entende par la résurrection de l’âme, sa purification. » (de « Découvrir les Pères de l'Eglise à travers la Liturgie des Heures : Tome 1, Les Pères avant Nicée » par Soeur Marie-Ancilla)

Justin

Il est né rn Palestine, en Samarie, à Flavia Neapolis (Naplouse), construite sur les ruines de l'ancienne Sichem après la guerre juive de 67-70. Il appartenait à une famille d'origine grecque. Il était païen, mais sa connaissance du milieu palestinien lui donna accès aux interprétations juives de l'Ecriture.

Justin cherchait ardamment la vérité et interrogea les diverses philosophies. Justin devint chrétien vers 132-135, à l'époque de la deuxième guerre juive. Il meurt martyre vers 165 sous l'empereur Marc Aurèle.

La liturgie des Heures a retenue deux extraits de son Apologie. Nous les entendons les mercredi III et dimanche III du Temps Pascal.


- Le bain de la régénération (Apologies I,61 et II,6,13)

- La célébration de l'eucharistie (Apologie I,66-67)

Didyme l'aveugle

Né au début du IVème siècle, mort en 398, il a été maître de l'école d'Alexandrie. Il est l'auteur de nombreux commentaires bibliques, d'un  De Trinitate en trois livres et d'un  Traité du Saint-Esprit. Le  De Trinitate est son oeuvre principale. Il a été composé entre  381 et 392. L'extrait que nous entendons en ce lundi de la sixième semaine du Temps Pascal est issu du Livre 2 des châpitres 12 à 15 qui traite du baptême.