Temps ordinaire

Spe gaudentes


l'étoile du matin

Puisse l’amour être dans toutes nos pensées.


Que nous puissions le vivre au quotidien, dans la fluidité de l’instant,

qu’il soit encore là, en nous, après la disparition de l’être aimé (e),

puisse l’amour être sous nos paupières,

avant même d’ouvrir les yeux.


Puisse l’amour être présent à notre réveil,

dés l’aurore d’un jour à honorer.


Puisse l’amour être au rendez-vous de toutes nos rencontres,

être là simplement attentif à l’émergence de tous les signes infimes

qui sont en attentes d’être reçus

dans un regard, un pas, une main tendue,

un mouvement du buste ou du cou.


Puisse l’amour ne pas se décourager aux errances

de nos maladresses et de nos peurs.


Puisse l’amour apaiser la violence et redonner à chacun

un espace de paix où se dire et témoigner.


Puisse l’amour nous permettre d’entendre l’indicible

quand celui-ci est trop chargé de ressentiments.


Puisse l’amour nous agrandir vers le meilleur de nous

et nous aider à rencontrer le meilleur de l’autre.


Puisse l’amour nous rendre plus lucide et nous permettre ainsi

de sortir de nos aveuglements et de nos croyances erronées.


Puisse l’amour nous permettre de faire se rencontrer

et s’accorder nos sentiments et ressentis les plus profonds

avec ceux de celui (ou de celle)

dont nous avons su recevoir, dans l’intime de nous,

les marques d’attention et les vibrations les plus profondes.


Jacques Salomé